2011年4月15日

Raï N’B Night Fever

Comment passe-t-on de DJ qui tourne dans les soirées hip hop à organisateur d’un concert à Bercy, avec 15000 spectateurs espérés ? J’ai commencé à travailler dans le son il y a 10 ans, tout d’abord comme DJ aux c?tés de nombreux artistes comme Diams, Lunatic ou Rohff. Puis, il y a 6 ans, j’ai crée mon label, pour travailler sur de nombreux projets de hip hop fran?ais, avant d’écrire la BO du film ? Taxi 3 ? produit par Besson. Les choses se sont accélérées à partir de là. J’ai réinvesti dans un studio, une structure pour produire de nouveaux artistes. Je bosse aujourd’hui en famille, avec mon frère, Dj Bellek. Nous faisons la musique dont nous avons envie, un mélange de nos influences musicales : d’une part, ce qu’on entendait à la maison, du ra? notamment, d’autre part, ce qu’on entendait dans la rue, du hip hop, du RN’B, du dance hall… De là est né le premier volet de ? Ra? N’B Fever ? en 2004, qui a été un gros succès.
Vous préparez un concert à Bercy, c’est un gros défi ?
C’est un challenge, un vrai pari pour nous. On se prépare pour un gros concert le 7 mars à Bercy. Cette soirée, on la voit avant tout comme une grande fête. Il y aura 35 artistes sur scène, comme Khaled, Leslie, Amel Bent, 113, Amine ou Zahouania. Tous ont participé au projet ? Ra? N’B fever ?. Ce sera aussi l’occasion de mettre la lumière, je l’espère, sur une association qui nous tiens à c?ur, ? Le Comité des Familles ?, qui soutient des familles touchées par le VIH. Les bénéfices de cette soirée leur seront reversés.
Pas trop difficile de remplir Bercy ?
On a du mal à trouver des relais médias. Il faut toujours se battre alors que c’est un projet grand public. Quand Obispo ou Guetta montent des projets comme ceux-là, les médias se jettent dessus. Pour nous, c’est compliqué de créer une dynamique, un buzz, parce que les médias ne jouent pas le jeu de la même fa?on. Mais nous sommes conscients qu’il faut persévérer, être pertinents dans nos choix et activer d’autres réseaux pour faire passer l’info. C’est cela aussi notre défi. Seul Skyrock nous a suivis sur ce Bercy. Si on avait eu un gros média partenaire, comme M6 par exemple, on en ferait peut être deux ou trois d’affiler. Avec 35 disques d’or en trois ans, ce n’est pourtant plus un accident, mais rien ne change au niveau des médias, il faut toujours se battre pour décrocher une petite interview.
Le manque de relais médiatique que vous déplorez, vous le percevez comme de l’indifférence ou du mépris pour les genres musicaux réunis dans la ? Ra?’n’b fever ? ?
Je suis énervé contre un système qui ne reconna?t pas un succès populaire. Aujourd’hui, j’ai le sentiment de ne pas être prévu au programme, comme si notre réussite n’était en fait qu’un service qu’on nous rend. On ne nous reconna?t pas pour nos qualités, alors qu’on bosse sans rien lacher ! Salif Keita disait : ? Nous pas bouger ! ? Je sais que le travail et les compétences finissent toujours par payer.
Propos recueillis par Fethi Ichou

montre hublot

没有评论:

发表评论

tag heuer montres

Rolex Daytona Montres

panerai montres